1 jour, 1 porte.

24 jours pour découvrir les plus belles portes parisiennes et patienter jusqu’à Noël en s’émerveillant des trésors urbains que nous offre la Ville Lumière.

Recevez vous aussi, chaque jour jusqu’à Noël, une nouvelle porte extraordinaire dans votre boîte mail en vous inscrivant à la newsletter des balades street-art & chasses aux Space Invaders « Voulez-vous Paris avec moi ? ».

JOUR 24/24 – Une porte tout en dentelles

Emplacement du trésor :
 28 bis Rue de Richelieu, Paris 1er

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 23/24 – Une porte tout en Bolduc

Emplacement du trésor :
 14 Rue Jean de la Fontaine, Paris 16ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 22/24 – Une porte monochrome

Emplacement du trésor :
 8 Place Saint-Sulpice, Paris 6ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 21/24 – Une porte pour jeunes filles en fleurs

Emplacement du trésor :
173 Rue du Château des Rentiers, Paris 13ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 20/24 – Une porte gardée par un irréductible gaulois

Emplacement du trésor :
32 Rue Lecourbe, Paris 15ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 19/24 – Une porte avec des scarabées

Emplacement du trésor :
40 Rue Dautancourt, Paris 17ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 18/24 – Une porte à Montmartre

Emplacement du trésor :
37 Rue André Antoine, Paris 18ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 17/24 – Une porte de ma couleur préférée

Emplacement du trésor :
64 Boulevard de Sébastopol, Paris 3ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 16/24 – La porte de la demeure de Dracula

Emplacement du trésor :
1 Place du Calvaire, Paris 18ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 15/24 – Une porte qui fait coin-coin

Emplacement du trésor :
6 Rue Alfred Roll, Paris 17ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 14/24 – Une porte qui fleure bon Noël

Emplacement du trésor :
10 Rue de l’Échiquier, Paris 10ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 13/24 – Une porte plus feuilletée qu’un croissant de Cédric Grolet

À l’entrée de cet immeuble conçu par l’architecte Gabriel Ruprich-Robert en 1899, une magnifique porte en fer forgé aux motifs floraux appelle à la séance photo.

Serge Gainsbourg aurait certainement vu dans ces volutes la présence proche d’un fumeur de Havanes. Pour ma part, elles me rappellent plutôt les courbes gourmandes et croquantes des viennoiseries de Cédric Grolet.

Et vous, que vous inspirent-elles ?

C’est encore avec beaucoup de sobriété que cette façade a gagné le deuxième prix du Concours des Façades de Paris, en 1899.

Emplacement du trésor :
50 Avenue de Ségur, Paris 15ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 12/24 – Rassemblement non-autorisé au numéro 17

Pas moins de 12 bambins d’humeurs inégales sont rassemblés au-dessus de l’entrée du numéro 17 de l’avenue du Bel air, dans le 12ème arrondissement de Paris, non loin de la Place de la Nation. Mais que fait la police ?

On doit ces étonnants bas-reliefs, en rupture avec le style plus foral de l’époque, au sculpteur Georges Hardouin, missionné par l’architecte Jean Falp de décorer la façade de l’immeuble qu’il construisit ici en 1904.

Je vous invite à vous rendre sur place pour constater que la sobriété n’est pas de mise à cette adresse.

Pour un petit jeu de « Cherche et trouve », prenez le temps de découvrir les chats et souris cachés parmi les frioritures de cette incroyable façade.

Emplacement du trésor :
17 Avenue du Bel air, Paris 12ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 11/24 – Une porte qui a du chien (et du chat)

Aux deux entrées de cet immeuble Art Nouveau décoré par Alexandre Bigot, on trouve toute une ménagerie en céramique pour un résultat totalement surprenant.

Des lions et des chevaux, ça, oui, on a l’habitude. Mais alors un petit chat farouche et un cocker trop mignon, là, on croit rêver !

Si vous vous rendez sur place, approchez pour admirer en détail la frise verte de jolies salamandres, un animal que l’on retrouve pour le coup plus régulièrement dans Paris.

Parce que, déjà au Moyen Âge, la salamandre acquit la réputation d’un animal magique et légendaire (en plus de pouvoir vivre aussi bien sur terre que dans l’eau, on lui prêtait le super pouvoir de résister aux flammes) ?

Parce qu’elle fut le symbole de François 1er, certes, mais aussi d’autres souverains ?

En tout cas, ce trio de bestioles me plaît beaucoup et apporte une note d’originalité à un quartier que l’on imagine un peu trop sage.

Emplacement du trésor :
76 Rue Mademoiselle, Paris 15ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 10/24 – Une porte sur les couloirs du temps

À l’entrée de cet immeuble construit par G. Lobbée en 1896 dans un style éclectique mi-néogothique, mi-néo-Louis XIII, on se sent quelque peu perdu dans les couloirs du temps.

Sur le tympan de cette porte extraordinaire, un alchimiste médite, un chien à ses pieds, devant une cornue en train de chauffer.

Je dois reconnaître que j’ai un petit faible pour ces façades parisiennes qui nous parlent des métiers d’autrefois.

Emplacement du trésor :
9 Rue Fabre d’Eglantine, Paris 12ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 09/24 – Une porte qui ne manque pas de piquant

Même en voulant jouer la carte de l’originalité, on n’oserait pas un classement des plus belles portes de Paris sans elles.

Elles sont les reines de beauté de la porte parisienne, et je suis heureuse de vous les dévoiler aujourd’hui et dans les jours à venir.

Et bim, plein les yeux avec cette porte de l’immeuble dit « Les Chardons » de la rue Eugène Manuel, dans le 16ème arrondissement de Paris.

Entrée majestueuse de l’immeuble conçu par et pour Charles Klein en 1902, elle est l’une des plus belles manifestations du mouvement Art Nouveau à Paris.

À la ferronnerie, Mesdames et Messieurs, on applaudit Dondelinger, en association avec Lavirotte, un nom que les amoureux d’Art Nouveau connaissent déjà bien.

À la céramique, on applaudit Émile Müller, qui n’y est clairement pas allé avec le dos de la cuillère côté grès flammé.

Si la porte principale vous séduit, vous apprécierez aussi sa petite sœur située à sa droite.

Quand au reste du bâtiment… Tige, feuilles et fleurs, le chardon y est décliné sous toutes ses formes pour un résultat extraordinaire qui valut à cette façade d’être primée en 1903.

Charles Klein n’a, à la connaissance des férus d’architecture parisienne, signé aucun autre bâtiment de la capitale.

Les détracteurs du kitsch l’en remercieront sans doute, mais pour ma part, je le regrette.

Emplacement du trésor :
2 Rue Eugène Manuel, Paris 16ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 08/24 – Une porte faussement sage pour reprendre son souffle

À passer derrière ce festival de couleurs, de coquillages et de notes orientales, la porte de cet immeuble construit par les architectes Masson et Paloque en 1880 pourrait, certainement, paraître un peu fade.

Ce serait sans compter sur l’aversion de l’époque pour la sobriété en matière d’ornements.

Ici, le sculpteur Leleu donne vie à des angelots qui se voudraient pudiques, à un lion qui se voudrait sévère, et même à quelques sphinx ailés.

Personnellement, j’ai envie de dire : « What else ? »

Emplacement du trésor :
92 Boulevard de Courcelles, Paris 17ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 07/24 – Une porte aussi carrée qu’excentrique

Nombreux sont les amoureux de Paris et les férus d’architecture (les deux allant souvent de pair) qui ont profité d’une sortie au Hasard Ludique pour admirer l’incroyable immeuble décoré de céramique du 185 Rue Belliard, dans le 18ème arrondissement.

Il ne passe pas inaperçu et les flâneurs fatigués ou les glandeurs assumés, peuvent même s’en offrir une vue d’ensemble depuis les tables du Hasard Ludique installées le long de l’ancienne voie ferrée de la « Petite Ceinture », en contre-bas.

L’immeuble est l’œuvre de l’architecte Henri Deneux et a été construit en 1913.

Pourtant, c’est quelques dizaines de mètres plus loin, au 84 de la rue Leibniz, que se trouve la porte dont je vous parle aujourd’hui.

Je n’ai pas su trouver d’information sur l’année de construction de ce petit immeuble, mais il est amusant de constater que les carreaux de céramique colorés qui le décore reprennent parfaitement un des motifs du 185 Rue Belliard, dans une réalisation qui semble malgré tout plus moderne.

Emplacement du trésor :
84 Rue Leibniz, Paris 18ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 06/24 – Une porte sur le milieu de la nuit de Pigalle

En 1936, Monique Carton, surnommée Madame Moune dans le milieu de ma nuit, ouvre Le Fétiche, rue Fromentin. Il est le premier cabaret d’Europe réservé aux femmes.

A l’époque, le cœur de Pigalle bat au rythme des maisons closes et des hôtels de passes. Mais les mentalités n’acceptent pas les réunions entre lesbiennes, tabous et même interdites. Ces réunions s’organisent alors secrètement dans des appartements privés du nord de Paris.

Le lieu déménage Rue Jean-Baptiste Pigalle au tournant des années 50, et est rebaptisé du nom de sa fondatrice.

Moune décède en 1982, alors que son cabaret perd depuis quelques temps son identité d’origine. Aujourd’hui, il est un lieu branché plus ordinaire, mais toujours très reconnaissable à sa façade noire à liseré d’or que personnellement, j’adore!

Emplacement du trésor :
 Chez Moune, 54 Rue Jean-Baptiste Pigalle, Paris 9ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 05/24 – Une porte pour l’Orient

Départ immédiat pour l’Orient avec cette façade polychrome néomauresque de la Rue des Mathurins.

À cette adresse, un hammam turc est construit en 1876 par les architectes William Klein et Albert Duclos, répondant à la mode de l’orientalisme et au succès rencontré par les bains exotiques.

De ce que l’on peut encore en trouver comme description, aucun doute sur le fait que l’on aurait adoré y passer nos après-midi entre copines.

Hélas, les bains ferment en 1954 et seule la façade est préservée. Mais quel plaisir de tomber sur elle quand on se promène dans le quartier.

Emplacement du trésor :
18 Rue des Mathurins, Paris 9ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 04/24 – Une porte qui vous emporte au bord de la mer

Une porte comme une invitation au voyage, vers Trouville ou vers Marseille, en tout cas le nez au vent dans les embruns.

Il s’agit de la porte de l’ancien hôtel de la Compagnie des messageries maritimes, d’inspiration classique, construit en 1916. On la doit à l’architecte de Saint-Maurice.

Le siège des Messageries maritimes a été transféré en 1975 à La Défense.

Emplacement du trésor :
Angle Rue Godot de Mauroy et Boulevard de la Madeleine, Paris 9ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 03/24 – Le portail de l’amour

Trop sympa, la porte du jour – qui se trouve être plutôt un portail – annonce « Soyez les bienvenus » aux habitants et visiteurs de cette adorable ruelle pavée.

Emplacement du trésor :
19 Cité Bauer, Paris 14ème

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 02/24 – L’inquiétante porte rouge de la rue Blanche

Aviez-vous remarqué les deux mains, inquiétantes, qui sortent du mur au numéro 82 de la rue Blanche?

La curiosité prête à la fantaisie, et on se laisse facilement aller à imaginer une victime emmurée en ces lieux, ou un fantôme taquin.

Est-ce la porte d’un manoir? L’immeuble sur lequel elle s’ouvre serait-il si richement décoré qu’il fallait à cette porte l’extravagance suffisante pour être à la hauteur?

Hélas, même pas, et vous constaterez en vous rendant sur place que l’immeuble du numéro 82 est, pour le reste, d’une sobriété désarmante.

Reste cette porte extraordinaire devant laquelle je continue à m’interroger (et à raconter des histoires qui font peur à mes fillettes. Les pauvres…).

Emplacement du trésor urbain :
82 Rue Blanche, 75009 Paris

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

JOUR 01/24 – La porte Art Déco décorée de céramique de Paul Follot à l’Institut Giacometti

Aujourd’hui, l’adresse accueille l’Institut Giacometti, mais elle était autrefois celle de la demeure de Paul Follot.

Paul Follot, né en 1877 et décédé en 1941, était à la fois ébéniste, architecte et décorateur, élève d’Eugène Grasset.

En pleine époque Art Nouveau, Paul Follot revient à des lignes épurées et élégantes, participant à la naissance de l’Art Déco.

Son hôtel particulier, édifié Rue Victor Schoelcher, sera l’occasion pour lui de présenter un véritable manifeste de ce nouveau style.

Entièrement dessiné et conçu par l’artiste sur une parcelle achetée en 1911, le 5 rue Victor Schoelcher est inauguré en juin 1914.

Magnifique porte décorée de céramiques dorées à l'entrée de l'Institut Giacometti, dans le 14ème arrondissement de Paris
Magnifique porte décorée de céramiques dorées à l’entrée de l’Institut Giacometti, dans le 14ème arrondissement de Paris

Emplacement du trésor urbain :
Institut Giacometti, 5 Rue Victor Schoelcher, 75014 Paris

Retrouvez son emplacement sur la carte des plus belles portes de Paris.

Pour en savoir plus : Conférence en ligne de Léopold Diego Sanchez

La carte des plus belles portes de Paris